Dans l’assiette brésilienne #1: Le maté

On peut dire sans trop se tromper que je suis un vraie fan de thé. Fidèle à mon premier pays d’adoption, j’ai une nette préférence pour les blends anglais et indiens (coeur coeur love) mais il n’y a jamais assez d’occasion pour tester de nouvelles variétés et de nouveaux mélanges.

Imaginez mon bonheur donc quand je suis arrivée à Rio et que j’ai appris que les brésiliens avaient la tradition de boire une infusion proche du thé. Si proche du thé que cela s’appelle le « maté ». Ma-Thé. T’as vu.

Bref.

Attention, le maté n’est pas le matcha, la nouvelle mode de Pinterest, une poudre de thé vert originaire du Japon. Non, le maté est une plante américaine, le « yerba maté » aujourd’hui consommée jusqu’au Liban et à la Syrie!

Le maté (prononcez « matchi », à la carioca) est une institution en Amérique du Sud, autant que le thé peut l’être en Asie. Les sociétés indigènes ont depuis longtemps la tradition de sécher et consommer les feuilles en infusion, et cette pratique s’est tout naturellement perpétuée dans toutes les couches des sociétés Argentines, Boliviennes, Paraguayiennes, brésiliennes, péruviennes… Si la plupart du temps le maté est consommé chaud et dans une calebasse où on le boit à l’aide d’une paille en métal (dans le sud du Brésil ou au Paraguay il n’est pas rare de voir les gens promener leur « bombillas » de maté dans la rue), à Rio la tradition est de le consommer…  froid.

Les cariocas ont en effet la manie de consommer toutes leurs boissons à la limite de la congélation.

Ici à Rio on boit donc le maté torréfié (à la différence du sud où il est utilisé vert), et sous forme de thé glacé. Le « maaaaaté limãoooo » typique du 4h sur le sable brûlant d’Ipanema, est un maté noir coupé avec de la limonade et du jus de citron vert. Il vous sera servit à même une bonbonne en alu transportée d’un bout à l’autre de la plage par un vaillant vendeur en t-shirt orange.

Pour en revenir à moi et ma passion du thé, j’avais beaucoup d’espoirs le jour où je me suis retrouvée devant mon premier verre de maté bien frappé. Oooh la jolie couleur ambrée, la petite tranche de citron vert et la condensation s’écoulant sur le bord de mon verre en cette infâme journée d’enfer été qui me criait « bois moi! » « bois moi! ». Je me suis exécutée religieusement… eeeet j’ai détesté.

Là je me suis dit « bon, c’est sûrement parce que c’est un maté industriel dégueulasse, trop sucré et plein d’additifs ». Donc quand ma petite soeur-d’une-autre-mère-brésilienne (aussi connue sous le nom de Marina), a insisté pour que je goutte du vrai maté limão fait maison, je me suis bien entendu laissée tenter.

Hmmm, tu veux mon citron?

Sauf que non. Non. Peu importe la quantité de sucre ou de citron pour en masquer le goût, pour mes papilles, le maté ne passera pas. Je n’aime pas du tout, mais alors pas du tout, le goût très amer de cette plante. Verte ou torrifiée, rien n’y fait. Mais c’est absolument une histoire de goût personnel, et je vous recommande totalement de vous laisser tenter par le thé du Brésil!

Il est d’ailleurs extrêmement bon pour la santé: anti-oxydant, stimulant cardio-vasculaire, diurétique, protecteur du foie. Il aiderait même à lutter contre les cellules cancérigènes, et on dit ici qu’il serait amaigrissant. Ce serait dommage de passer à côté!

Maté vert et calebasse
Publicités

10 adresses shopping de la carioca fauchée

Le perroquet, accessoire indispensable de la brésilienne

Voici une question à laquelle j’ai consacré pas mal de recherches en arrivant, et sur laquelle il m’était jamais venu l’idée de faire un article…

Où acheter des fringues à Rio, *sans se ruiner* ?

Si tu es fraîchement arrivée au pays de l’imprimé panthère, tu te trouves peut-être fort dépourvue devant l’offre carioca en terme de vêtements. La plupart du temps, soit c’est très moche soit c’est très cher. Les rares marques européennes/US implantées ici sont extrêmement taxées. Une marque comme Zara par exemple, déjà beaucoup trop chère pour ce qu’elle vend en France, est ici à mettre dans la case luxe. Une jupe en viscose à 250 rs? non merci. Si vous êtes comme moi et que votre go-to en matière de fringues sont nos amis suédois de chez H&M, sortez les mouchoirs: le géant a tenté de s’implanter au Brésil mais à pris ses jambes à son cou l’an dernier, comme son copain Ikéa, face à l’hydre administrative brésilienne. La plupart des marques bon marché venue d’Angleterre (New Look, Primark) ou d’Espagne (Mango, Bershka) sont inconnues au bataillon, et ne pensez même pas à notre prêt-à-porter français (Camaïeu, Promod)… C’est un nouveau monde vestimentaire.

Mais ne pleurez pas tout de suite, il y a de l’espoir: certaines marques brésiliennes proposent des pièces ultra-sympa, autant côté style que côté porte-monnaie.

#1 MERCATTO

Ce que j’adore chez Mercatto, ce sont leurs imprimés. Cette marque colorée mise sur un savant équilibre entre coupes simples et motifs originaux! C’est boho, c’est fleuri, ethnique et fun: bref, en général, c’est moi.

#2 RIACHUELO

Riachuelo me rappelle un peu Topshop, et j’y fais un tour quand je suis vraiment en manque de pièces un peu plus « edgy ». Très boho ces dernières saisons, ils ont peu de pièces à chaque collection, mais se renouvellent souvent.

#3 RENNER

Cette enseigne, c’est un peu des galeries Lafayette… en moins snob. De nombreuses marques y sont représentées, avec des styles et des prix divers et variés. Si l’on prend le temps de fouiller un peu, on peut y trouver des choses très sympa à un prix correct.

#4 LEADER

Je vais pas vous mentir, la qualité n’est pas le premier soucis de cette enseigne. Un peu à l’image de Primark, ils misent sur la tendance accessible à toutes, mais les matières sont vraiment loin d’être top.

#5 MARISA

Temple de la carioca, Marisa est un peu la cousine de Leader. Il y a beaucoup d’offre (et beaucoup de choses à jeter), c’est pas cher du tout et on y trouve souvent un petit truc sympa… mais la qualité n’est pas franchement au rendez-vous.

Le chapeau panier de fruit: tendance ET pratique.

#6 OBJETIVA

Cette enseigne du SAARA est une de mes préférées à Rio. J’adore ses basiques colorés et ses « macacão » (combi-short) à imprimés typiquement cariocas. De quoi être à l’aise et stylée pendant les grosses chaleurs estivales.

#7 C&A

C&A a beau être présent en France, ses rayons brésiliens n’ont pas grand chose à voir avec les nôtres. Ici la marque est très populaire, et s’offre même des collections capsules créés par des célébrités telles que Gisele Bunchen ou Kim Kardashian. Les collections sont très variées et souvent sympa.

#8 Le SAARA

Le marché populaire d’Uruguaiana est bien entendu le temple de la fashionista fauchée et des adeptes du DIY. On y trouve bien sûr beaucoup d’imprimés qui brûlent les yeux et de mini jupes ras-la-salle-de-jeu, MAIS si vous aimez fouiner, vous pouvez aussi dégotter des basiques sympas qui feront de chouettes bases pour des projets de customisation. Niveau accessoire, c’est le paradis: bijoux, ceintures, sac à mains, c’est la caverne d’ali baba. Pensez aussi aux nombreux « Palacio dos Cristais » et « armarinhos » qui vous fournirons tout ce dont vous rêvez en matière de perles, brillants, strass et cordons.

#9 OH BOY!

C’est une marque dont j’aime toujours tout, sauf les étiquettes. Ce n’est pas franchement pour un budget de fauchée, mais ça peut valoir le coup de se laisser tenter.

#10 Les marchés de stylistes indépendants

Bon. Soyons honnêtes ce n’est pas vraiment l’endroit où vous allez faire des économies. MAIS, vous aurez au moins craqué sur une pièce unique réalisée par un styliste local, et ça c’est très cool. Il y a de très nombreux marchés de stylistes indépendants à Rio, mais voici certains de mes préférés:

  • « O Mercado »: Estilistas Independantes: au manoir Fluminense à Laranjeiras, 1 fois par saison. Beaucoup de produits très sympa, allant de la mode à la déco, au maquillage ou à la nourriture.
  • Feira Carioquissima: devant le planétarium de Gavéa. On y retrouve pas mal des exposants du Mercado Independante, avec en plus une « Feira de Foodtrucks » fort alléchante.
  • Babilônia Feira Hype: en plus des stylistes ultra branchés, ce marché propose un panorama à tomber depuis la favela de Babilônia.

Un jour prochain j’écrirais un article sur mes stylistes brésiliens préférés, mais en attendant si vous êtes en manque d’inspiration, allez faire un tour sur mon tableau pinterest. Il suffit de cliquer sur la photo!